La vie de vos entreprises L'édition éco des Infos du Pays Gallo 2018-11-05T20:13:25Z https://economie.lesinfosdupaysgallo.com/feed/atom/ WordPress infosgallo <![CDATA[Bréhan. Olmix renforce son pôle santé humaine]]> https://economie.lesinfosdupaysgallo.com/?p=55561 2018-11-05T20:13:25Z 2018-11-05T20:13:25Z Le groupe OLMIX, acteur majeur dans la valorisation des algues à l’échelle internationale, historiquement impliqué dans l’Animal Care ainsi que le Plant Care , renforce son pôle Human Care (ndlr: santé humaine) en intégrant la société CIMAPREM, spécialisée dans la valorisation des alginates et des hydrocolloïdes marins. En intégrant le savoir-faire unique de gélification à ... lire la suite

L’article Bréhan. Olmix renforce son pôle santé humaine est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
Le groupe OLMIX, acteur majeur dans la valorisation des algues à l’échelle internationale, historiquement impliqué dans l’Animal Care ainsi que le Plant Care , renforce son pôle Human Care (ndlr: santé humaine) en intégrant la société CIMAPREM, spécialisée dans la valorisation des alginates et des hydrocolloïdes marins.

En intégrant le savoir-faire unique de gélification à froid à base d’alginates, que la société CIMAPREM a développé durant ces 15 dernières années dans différents marchés – tels que l’agroalimentaire, la cosmétique professionnelle, le secteur dentaire et le moulage – le groupe OLMIX a pour objectif une présence incontournable dans différents domaines :

Agroalimentaire :

– Formulation, fabrication et production de Produits Alimentaires Intermédiaires (PAI)

– Mélange anhydre d’hydro et de phycocolloïdes en poudre, standardisés, agissant en synergie pour des applications dans les différents secteurs agroalimentaires répondant à la plupart des besoins techniques des industriels

– Agents de rhéologie : texturant, épaississant, viscosant, gélifiant, stabilisant, émulsionnant, liant, fonctionnalité nutritionnelle, stabilité à chaud, stabilité à la congélation, stabilité à pH acides, contrôle synérèse, substituts de sels

– Restructuration de viandes ou légumes

– Enveloppe d’origine marine

Cosmétique professionnelle : fourniture d’ingrédients, fourniture de masques et enveloppements PEEL-OFF POUDRE, PEEL-OFF GEL, ou PEEL-OFF EMULSION.

Secteur dentaire : fourniture d’ingrédients et d’alginates aux fabricants de produits pour empreinte dentaire, fabrication de poudre dentaire blanchissante.

Arts créatifs : fourniture d’ingrédients, fabrication de produit pour empreinte et moulage.

Olmix veut renforcer la recherche et dévéloppement

CIMAPREM, créée en 2003 par Pascale et Gabriel RUFFINONI, est une structure B to B qui dispose d’une R&D performante ainsi que de capacités de production et de conditionnement. L’entreprise a trouvé dans le groupe OLMIX un partenaire fort, pour qui l’humain et les problématiques de santé grâce à des solutions naturelles et saines sont essentiels. Un groupe qui a la volonté d’assurer la distribution des produits et innovations mis à disposition de marchés à forte valeur ajoutée comme la cosmétique, la parapharmacie et, à terme, le domaine médical. Le groupe OLMIX a le plaisir d’indiquer qu’il va poursuivre et intensifier les travaux de R&D initiés au sein de CIMAPREM, afin de bénéficier pour ces différents secteurs d’une capacité d’innovation supplémentaire pour renforcer l’existant.

L’article Bréhan. Olmix renforce son pôle santé humaine est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
0
infosgallo <![CDATA[Bretagne. Peste porcine: la région face à la menace]]> https://economie.lesinfosdupaysgallo.com/?p=55542 2018-10-18T20:19:05Z 2018-10-18T20:17:34Z Depuis la confirmation de deux cas de peste porcine africaine (PPA) sur des sangliers en Belgique le 13 septembre dernier, les services de l’État et les professionnels du monde agricole sont mobilisés pour éviter l’introduction et la propagation de cette maladie sur le territoire. Mercredi 17 octobre 2018, Christophe Mirmand, Préfet de la région Bretagne, ... lire la suite

L’article Bretagne. Peste porcine: la région face à la menace est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
Depuis la confirmation de deux cas de peste porcine africaine (PPA) sur des sangliers en Belgique le 13 septembre dernier, les services de l’État et les professionnels du monde agricole sont mobilisés pour éviter l’introduction et la propagation de cette maladie sur le territoire.

Mercredi 17 octobre 2018, Christophe Mirmand, Préfet de la région Bretagne, a présidé le conseil régional de la politique sanitaire animale et végétale (CROPSAV) composé des représentants des collectivités territoriales, des organisations professionnelles agricoles, de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), des fédérations de chasse, des vétérinaires, des laboratoires d’analyses et de l’administration.

A l’issue de cette réunion, la préfecture communique:

“La réunion a été l’occasion de décrire toutes les actions déployées en Bretagne en terme de prévention et de surveillance :

-la prévention (éviter l’introduction du virus) par la sensibilisation du public et des différents acteurs professionnels au travers d’action de communication et diffusion de supports techniques
-la surveillance (détecter rapidement toute introduction du virus) par le rappel des critères de signalement d’une suspicion en élevage et dans la faune sauvage

Le Préfet a rappelé la nécessité de maintenir une mobilisation collective.

Il a confié aux différents groupes de travail du CROPSAV la coordination de ces actions.

Ainsi, il est rappelé les principes suivants :

– limiter au strict nécessaire les interventions en élevage de porcs et de sangliers, les réserver aux professionnels,

– respecter strictement les modalités de nettoyage et désinfection des véhicules assurant le transport d’animaux vivants sensibles,

– ne pas jeter les restes de repas en dehors de poubelles prévues à cet effet et fermées, lors des activités plein air et sur les aires de repos du réseau auto routier,

– en cas de découverte d’un sanglier mort, il est impératif de ne pas toucher l’animal, de repérer précisément son emplacement, et d’informer dès que possible l’office national de la chasse et de la faune sauvage ou la fédération de chasse, de votre département : 

sd56@oncfs.gouv.fr ou contact@fdc56.fr.

La peste porcine africaine (PPA) constitue une menace majeure pour les élevages français. Il s’agit d’une maladie strictement animale, sans danger pour l’homme, qui ne touche que les suidés (porcs domestiques et sangliers) chez lesquels elle entraîne de fortes mortalités. Il n’existe ni vaccin, ni traitement contre cette maladie hémorragique hautement contagieuse.

Les facteurs de risque d’introduction de la PPA sur le territoire sont : l’introduction d’animaux vivants infectés, l’introduction de produits alimentaires contaminés, l’ingestion de produits alimentaires contaminés, le contact direct de sangliers ou porcs infectés ou encore les vecteurs passifs.

Le conseil régional de la politique sanitaire animale et végétale (CROPSAV) est une instance de concertation à vocation à orienter les politiques publiques de surveillance, de prévention et de lutte contre les dangers sanitaires en matière de santé animale et végétale.

Dans un contexte d’accélération de la circulation de marchandises, d’animaux, de plantes et d’hommes, où les évolutions climatiques augmentent le risque d’apparition de maladies et où les citoyens sont de plus en plus sensibles à la protection animale et de l’environnement, ce Conseil répond à la nécessité d’une concertation à haut niveau sur un domaine stratégique à la fois pour la santé publique – 75% des maladies émergentes chez l’homme sont d’origine animale – pour l’économie agricole et pour l’environnement.”

Cliquer pour visualiser le diaporama.

L’article Bretagne. Peste porcine: la région face à la menace est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
0
infosgallo <![CDATA[Vannes. Certification: note maximale pour l’hôpital privé Océane]]> https://economie.lesinfosdupaysgallo.com/?p=55526 2018-10-16T12:20:05Z 2018-10-16T10:44:45Z Grande fierté pour l’Hôpital Privé Océane qui vient de passer avec succès l’évaluation de la certification pour la qualité et la sécurité des soins. L’Hôpital Privé Océane vient en effet d’obtenir sa certification V2014 par la Haute Autorité de Santé (HAS) avec la note maximale : A. Cette note correspond à la plus haute distinction ... lire la suite

L’article Vannes. Certification: note maximale pour l’hôpital privé Océane est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>

Grande fierté pour l’Hôpital Privé Océane qui vient de passer avec succès l’évaluation de la certification pour la qualité et la sécurité des soins. L’Hôpital Privé Océane vient en effet d’obtenir sa certification V2014 par la Haute Autorité de Santé (HAS) avec la note maximale : A.

Cette note correspond à la plus haute distinction de la HAS et certifie l’établissement pour une durée de 6 ans.

“La certification consiste en une appréciation globale et indépendante de l’établissement afin de favoriser l’amélioration continue des conditions de prises en charge des patients. Elle s’attache plus particulièrement à évaluer la capacité de l’établissement à identifier et maitriser ses risques et à mettre en œuvre les bonnes pratiques.

En décembre 2013, l’Hôpital Privé Océane avait déjà obtenu la mention de certification sans décision par l’HAS. , Fort de son expérience, le comité stratégique constitué du directeur, du président de la commission médicale d’établissement, des deux médecins coordonnateurs de la gestion des risques et de la responsable qualité/gestion des risques a souhaité renforcer ses actions. En effet, l’Hôpital Privé Océane est engagé depuis plusieurs années dans une démarche continue d’amélioration de la qualité des soins et prestations offerts. « Nous mettons tout en œuvre afin d’apporter à nos patients les meilleurs soins possibles tout en assurant une prise en charge dans des conditions optimales de sécurité et de confort ».

A ce titre, la politique qualité et sécurité des soins a été affichée comme un axe fort du projet d’établissement 2017-2021, autour de trois grands piliers : la politique qualité des soins, la politique d’évaluation et la politique de maitrise du risque.

La qualité des soins est une démarche qui doit permettre de garantir, à chaque patient, l’assortiment d’actes diagnostiques et thérapeutiques qui lui assurera le meilleur résultat en terme de santé.

La démarche de maitrise des risques a pour but d’assurer la sécurité des patients, et en particulier de diminuer le risque de survenue d’évènements indésirables associés aux soins. Cette démarche est guidée par une politique institutionnelle et un programme d’actions évolutif, établi selon les risques spécifiques de l’établissement et les priorités retenues.

Notre force ?

La collaboration étroite avec la Communauté Médicale d’Etablissement; l’implication des médecins dans la définition de la politique qualité sécurité des soins est un réel atout.

L’engagement et l’implication au quotidien de l’encadrement, des médecins, et de l’ensemble des salariés quelques soient leur fonction permettent d’assurer une qualité et une sécurité dans la prise en charge des patients hospitalisés.

Cette note doit nous permettre de poursuivre notre démarche au sein de l’établissement afin de continuer à progresser et d’assurer des prises en charges de qualité.

Ce résultat est le fruit d’un travail collectif, tout le monde y a contribué.

Avec tous nos remerciements pour l’implication de chacun ayant permis d’atteindre ce résultat”, indique la direction de l’hôpital dans un communiqué.

Retrouvez le rapport de certification V2014 de l’Hôpital Privé Océane sur Scope Santé, le site Internet dédié à la qualité des hôpitaux et cliniques de France : Rapport V2014 Hôpital Privé Océane

L’article Vannes. Certification: note maximale pour l’hôpital privé Océane est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
0
infosgallo <![CDATA[AUTOMOBILE. Les Français et leur voiture au coeur d’une étude]]> https://economie.lesinfosdupaysgallo.com/?p=55519 2018-10-15T10:29:53Z 2018-10-15T10:29:53Z Le mondial de l’Auto vient de se terminer à Paris. A l’occasion de cet événement majeur pour le secteur automobile, Franfinance (*) s’est intéressé aux usages et préférences des Français dans ce domaine. Quels sont les modèles préférés des Français ? Quelles sont leurs attentes en matière d’innovation ? Quel budget consacrent- ils à l’achat ... lire la suite

L’article AUTOMOBILE. Les Français et leur voiture au coeur d’une étude est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
Photo stand krassovsky, mondial de ‘lauto

Le mondial de l’Auto vient de se terminer à Paris. A l’occasion de cet événement majeur pour le secteur automobile, Franfinance (*) s’est intéressé aux usages et préférences des Français dans ce domaine. Quels sont les modèles préférés des Français ? Quelles sont leurs attentes en matière d’innovation ? Quel budget consacrent- ils à l’achat d’un nouveau véhicule ? Voici les grands enseignement de cette étude CSA (**) réalisée pour Franfinances.

LES PREFERENCES DES FRANCAIS

• Les goûts et les couleurs
La voiture citadine arrive en tête dans le cœur des Français, 41% la cite comme étant un de leur modèle préféré. Viennent ensuite les berlines pour 30% des Français, puis les SUV / Crossover (24%). Les jeunes se démarquent de leurs ainés sur ce point. Les 18-24ans sont plus séduits par les 4×4, 20% déclarent que ce modèle est leur préféré, et les coupés (pour 17% d’entre eux). En ce qui concerne les coloris, 22% des Français préfèrent les voitures noires, ce qui en fait la couleur la plus plébiscitée, devant le gris (18%) et le bleu (13%). On note en revanche que près d’un Français sur 5 (19%) n’a pas de couleur préférée. Les jeunes adultes quant à eux (18-24ans), se verraient volontiers au volant d’une automobile rouge (17%).
• Les Français et le diesel
Plus de la moitié des Français possèdent un véhicule diesel (55% contre 48% pour les voitures à essence) en faisant ainsi le carburant le plus plébiscité. Il est particulièrement apprécié par les habitants des communes rurales (68%), qui sont plus amenés à se déplacer en voiture. Les Français trouvent quelques avantages au diesel. Par exemple, 88% pensent que ce type de véhicule est plus économique sur de longues distances. Plus de la moitié des Français estiment également que les voitures diesel se revendent mieux.
Cependant, lorsque l’on demande aux Français ce qu’ils achèteraient s’ils devaient changer de voiture, seuls 20% souhaitent acquérir un véhicule diesel, plaçant ce mode de carburation loin derrière les véhicules hybrides (32%) et les voitures à essence (30%). Cette tendance peut avoir plusieurs explications. En premier lieu, la réglementation. Pour 61% des Français l’usage des voitures à motorisation diesel est trop règlementé. C’est une opinion particulièrement répandue parmi les habitants de communes rurales (71%), les agriculteurs (75%) et les ouvriers (74%). Vient ensuite l’aspect écologique : 59% des Français estiment que les véhicules diesel polluent plus que les autres. Les jeunes sont particulièrement sensibles à cette question, 72% des 18-24ans trouvent le diesel trop polluant. Ils partagent ces convictions avec les Franciliens, qui sont 68% à partager cet avis. Si le prix à la pompe a longtemps été le point fort du diesel, ce n’est plus vrai aujourd’hui. Seuls 45% des Français estiment que le prix du diesel est plus intéressant.
• Les attentes des Français en matière d’innovation : écologie et sécurité avant tout
Les Français attendent des constructeurs des innovations dans des domaines variés et notamment au niveau de l’empreinte écologique des véhicules. 58% d’entre eux souhaiteraient des évolutions en faveur de la préservation de l’environnement et 55% attendent le développement des énergies nouvelles (énergies électrique ou hybride). Ce dernier point concerne avant tout les hommes (60%) et les habitants de l’agglomération Parisienne (68%). En ce qui concerne la sécurité, 59% des Français souhaiteraient que l’on développe les aides à la conduite et 57% aimeraient plus de sécurité passive. Les voitures connectées ou les voitures autonomes ne font pas encore partie des préoccupations des Français. A peine plus d’un quart estiment que les constructeurs devraient être innovants sur la connectivité (donc 35% de cadres) et 17% souhaiteraient voir se développer les voitures autonomes.
• Plus de la moitié des Français sont intéressés par l’achat d’un véhicule hybride
55% des Français pourraient envisager d’acheter un véhicule hybride. Dans cette population, on dénombre une forte proportion d’habitants de banlieue (60%) et de cadres ou professions libérales (70%). Parmi les freins à l’achat d’une voiture hybride, on retrouve en premier le prix : 59% des Français qui ne sont pas intéressés par ce type de véhicule estiment qu’ils sont encore trop chers, 41% trouvent leur autonomie limitée et 29% sont réticents car ils ne possèdent pas de borne de chargement à proximité de chez eux.
18% des Français seraient intéressés par un véhicule électrique, avec une nette préférence chez les moins de 35 ans (23%). Le premier critère qui freine l’achat d’une voiture électrique est l’autonomie : 60% des Français qui ne sont pas intéressés par les véhicules électriques trouvent l’autonomie des moteurs limitée. Vient ensuite le prix d’achat, 53% trouvent ces véhicules trop chers. Vient ensuite le chargement de la batterie : 40% n’ont pas de bornes de chargement à proximité.

CHANGEMENT DE VEHICULE

• 53% des Français ont prévu de changer de voiture dans les 3 ans
Les hommes sont plus enclins à changer de véhicule, 69% d’entre eux déclarent qu’ils changeront de voiture sous 3 ans. C’est également le cas pour 63% des Français résidant dans des communes rurales. Les couples avec enfants sont également concernés (27%). 59% des Français désireux de s’offrir une nouvelle voiture pensent acquérir un modèle d’occasion, dont 42% auprès d’un garage revendeur.
• 1 tiers des Français souhaiteraient changer de voiture pour une plus moderne
Dans cette catégorie on retrouve une forte proportion d’hommes (39%) et de cadres (42%) A l’inverse, 38% gardent leur véhicule jusqu’au bout, n’en changeant qu’en cas de nécessité si ce dernier ne fonctionne plus. Dans cette seconde catégorie on compte plutôt un fort pourcentage de femmes (44%). Des raisons économiques et écologiques sont également citées : 18% des Français changeraient pour acquérir un véhicule plus respectueux de l’environnement. C’est particulièrement vrai pour les habitants des centres villes (23%) et les catégories socioprofessionnelles les plus élevées (23% également). 18% des Français encore changeraient de voiture pour réaliser des économies de carburant.
Parmi les Français qui ne prévoient pas de changer de voiture dans les 3 prochaines années, plus d’un quart (26%) n’en changent pas car ils n’ont pas les moyens, particulièrement des femmes 31% et des employés 40%.
• 43% des Français gardent leurs voitures entre 3 et 7 ans…
…et 23% les conservent entre 3 et 5 ans, c’est principalement le cas des femmes qui sont 26% dans cette catégorie. 1 Français sur 5 estime quant à lui garder sa voiture entre 5 et 7 ans. Parmi ces derniers on retrouve notamment une forte proportion d’habitants de banlieue (24%). 16% des artisans et chefs d’entreprise quant à eux, déclarent changer de véhicule tous les ans, alors que c’est le cas pour seulement 4% des Français.

BUDGET

• 38% des Français désireux de changer de voiture d’ici 3 ans prévoient de prendre un crédit auto
Le crédit auto est une solution de financement utilisée par de nombreux Français pour s’offrir un nouveau véhicule. Cela concerne particulièrement les catégories socioprofessionnelles les plus faibles (45%). Par ailleurs, cette proportion monte à 50% lorsqu’il s’agit de familles pensant changer de voiture dans 3 ans. 44% des Français préfèrent régler ce prochain achat comptant. Cela concerne particulièrement les personnes vivant seules (57%) et les foyers sans enfants (54%) La location longue durée (LLD) et la location avec option d’achat (LOA) sont également plébiscitées par 18% des Français pour leur prochain véhicule. La location avec option d’achat séduit particulièrement les séniors, ils sont 17% à opter pour cette solution.
• S’ils devaient changer de voiture, 57% des Français auraient un budget entre 5 000 et 20 000 euros
Et pour être plus précis, 21% auraient un budget compris entre 10 000 et 15 000 euros. Les femmes sont moins enclines que les hommes à dépenser des sommes importantes pour l’achat d’une voiture. 10% d’entre elles prévoient un budget entre 1 500 et 5 000 euros (contre 6% d’hommes) et 21% d’entre elles prévoient entre 5 000 et 10 000 euros (contre 14% des hommes). 20% des hommes quant à eux songent à dépenser entre 20 000 et 30 000 euros. Parmi les petits budgets, moins de 1 500 euros, on retrouve une plus forte proportion de jeunes.
6 % des 18-24ans ne pourront pas se permettre de dépenser plus pour acquérir leur premier véhicule.

(**)METHODOLOGIE ET SOURCES
Méthodologie de l’étude CSA pour Franfinance
Etude réalisée en 2 vagues sur un échantillon représentatif de la population française soit 1 008 personnes âgées de 18 ans et plus. Données récoltées en septembre 2018.
Vous trouverez l’étude complète ici : https://www.franfinance.fr/wp-content/uploads/2018/10/etude-francais- auto-csa-franfinance.pdf
(*)A propos de Franfinance
Filiale à 100% de Société Générale, Franfinance emploie plus de 1 000 collaborateurs. Elle est spécialisée dans le financement des ventes des biens d’équipement destinés aux entreprises. Elle exerce également une activité de crédit à la consommation en direction des particuliers.

L’article AUTOMOBILE. Les Français et leur voiture au coeur d’une étude est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
0
infosgallo <![CDATA[Ploërmel. Adecco et l’entreprise PEP, partenaires pour l’emploi]]> https://economie.lesinfosdupaysgallo.com/?p=55508 2018-09-30T17:41:10Z 2018-09-30T16:15:11Z Les entreprises du bassin d’emploi de Ploërmel sont toujours confrontées à des difficultés de recrutement. Une des causes -car ce n’est pas la seule- principales de ces difficultés repose sur l’inadéquation entre la formation des candidats potentiels et les besoins du tissu économique. Un phénomène qui suscite une véritable prise de conscience parmi les acteurs ... lire la suite

L’article Ploërmel. Adecco et l’entreprise PEP, partenaires pour l’emploi est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>

Les entreprises du bassin d’emploi de Ploërmel sont toujours confrontées à des difficultés de recrutement. Une des causes -car ce n’est pas la seule- principales de ces difficultés repose sur l’inadéquation entre la formation des candidats potentiels et les besoins du tissu économique.

Un phénomène qui suscite une véritable prise de conscience parmi les acteurs économiques. Les chefs d’entreprises sont des gens pragmatiques qui se résignent rarement à la fatalité. “Quand on a fait ce constat, on s’est dit qu’il fallait agir, prendre les choses en main…”, explique Nadège Guillard, la directrice de l’agence d’interim Adecco de Ploërmel. Une vision des choses partagée par la direction de l’entreprise PEP, implantée dans la zone de Carmagnon confrontée également  la difficulté de recruter. L’agence d’interim et l’entreprise ont donc construit un partenariat qui s’apparente à une véritable filière de formation.

Adecco recrute des intérimaires en CDI qui effectuent diverses missions dans des entreprises locales. Parmi ces effectifs un certain nombre d’employés manifestent des compétences qui correspondent aux profils des métiers en tension, pour peu qu’on leur donne la possibilité d’acquérir la formation nécessaire. L’entreprise, -dans le cas présent PEP-, se transforme en centre de formation par alternance avec un troisième partenaire, l’AFPI de Bruz. Le salarié d’Adecco devient donc un étudiant en alternance partageant son temps de formation entre l’AFPI et Bruz et l’entreprise ploermelaise.

C’est le parcours qu’ont suivi Anaïs et Valentin. Titulaire d’un bac pro vente, Valentin, 19 ans, ne se sentait guère attiré ni vers cette filière ni la poursuite des études. Son parcours l’a amené chez PEP via l’intérim tout comme Anaïs, 26 ans qui elle a déjà travaillé plusieurs années en entreprise. Le fait d’avoir été choisis par Adecco pour obtenir un CDI est déjà une garantie appréciée par l’entreprise qui a donc pris en charge les deux jeunes gens en qualité de maître d’apprentissage. Un véritable investissement pour PEP puisqu’en s’engageant dans cette démarche l’entreprise a du désigner deux tutrices pour accompagner les deux jeunes et assurer la transmission de leur savoir.

Un an plus tard, les deux étudiants ont décroché un diplôme d’Etat, le titre professionnel de conducteur d’installations et de machines automatisées  (TPCIMA), assorti de différentes spécialisations (CACES) qui leur donne un profil très recherché dans le monde du travail. Pour autant, il s’agit d’une formation qui ne s’accompagne pas d’une embauche obligatoire par l’entreprise formatrice. Les deux jeunes gens devront postuler avec, on s’en doute, une bonne chance d’être retenus chez PEP, s’ils le souhaitent. Anaïs par exemple, exprime clairement son souhait de chercher un poste en dehors de l’agro-alimentaire…

Une petite cérémonie était organisée ce vendredi matin pour marquer la fin de cette formation. “C’est l’occasion pour PEP et notre partenaire Adecco, de mettre à l’honneur ces deux collaborateurs”, soulignait Sophie Canale directrice des ressources humaines chez PEP. Celle-ci, tout comme Michael Bracquart, responsable du site ploermelais, ont insisté sur le rôle prépondérant qu’ont joué Fabienne et Isabelle, deux employées qui pendant un an, ont été les tutrices attentionnées, voire même de véritables guides pour leurs stagiaires.

“C’est une expérience que nous souhaitons renouveler car nous avons besoin de recruter des compétences. Et c’est finalement plus facile de recruter des gens qui n’ont pas de compétences et de les former. Et cette formule nous parait tellement efficace que nous allons l’étendre à nos collaborateurs permanents”, insiste Sophie Canale. “Ce partenariat répond à la problématique de l’entreprise mais aussi du marché de l’emploi. Il permet de détecter des compétences”, ajoute Nadège Guillard qui souligne l’effort consenti par les stagiaires. “Ce n’est pas si évident que ça de s’engager dans une formation de ce genre. C’est une véritable remise en question, car cela suppose de retourner à l’école, nécessite des déplacements…”, admet-elle, expliquant qu’Adecco, multiplie l’organisation de formations adaptées aux besoins propres aux entreprises.

Au centre, Valentin et Nadège, stagiaires, et leurs tutrices de l’entreprise PEP

L’article Ploërmel. Adecco et l’entreprise PEP, partenaires pour l’emploi est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
0
infosgallo <![CDATA[Innovation. Peugeot dévoile son nouveau scooter électrique]]> https://economie.lesinfosdupaysgallo.com/?p=55513 2018-09-30T10:32:31Z 2018-09-30T10:32:31Z Un cortège inédit d’une trentaine de véhicules historiques de la marque au Lion défile ce dimanche 30 septembre au départ de la Place de la Concorde à Paris pour fêter les 120 ans de Peugeot Motocycle. Un cortège de deux roues collectors venus de toute la France. On y retrouve le Peugeot 125P55GI de 1951, ... lire la suite

L’article Innovation. Peugeot dévoile son nouveau scooter électrique est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>

Un cortège inédit d’une trentaine de véhicules historiques de la marque au Lion défile ce dimanche 30 septembre au
départ de la Place de la Concorde à Paris pour fêter les 120 ans de Peugeot Motocycle. Un cortège de deux roues collectors venus de toute la France. On y retrouve le Peugeot 125P55GI de 1951, le célèbre Peugeot 104 ou encore le Peugeot TXT de 1984… Des deux-roues restaurés par des passionnés et qui illustrent l’évolution des motos et scooters imaginés par Peugeot depuis … 1898!

Une production qui s’est adaptée aux tendances de la société. Et Peugeot Motocycle profite de cette occasion pour présenter en avant-première mondiale son nouveau concept, le E-Metropolis, une version électrique du célèbre maxi scooter 3 roues Metropolis, fer de lance de la marque. Un cadeau fait aux passionnés de la marque au Lion.

E-Metropolis c’est une sensation de conduite exceptionnelle. En effet, le moteur étant électrique, le poids du véhicule est donc plus léger et comme suspendu ce qui donne au pilote une sensation de conduite en lévitation.
Plaisir de conduite, sécurité et performance sont les principaux atouts du futur E-Metropolis, qui devient le nouveau
porte drapeau de la gamme Metropolis.

L’article Innovation. Peugeot dévoile son nouveau scooter électrique est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
0
infosgallo <![CDATA[St Congard-Theix. Amiante: Charier ouvre un nouveau casier]]> https://economie.lesinfosdupaysgallo.com/?p=55504 2018-09-27T15:23:12Z 2018-09-27T15:23:12Z L’entreprise Charier va prochainement débuter l’exploitation de son nouveau casier de traitement de déchets amiantés, au sein de son Ecoterre de Theix (1). L’Entreprise de travaux publics compte parmi ses activités, l’exploitation et la gestion de carrières de roches massives en Pays de la Loire et en Bretagne. En parallèle, Charier a développé le recyclage ... lire la suite

L’article St Congard-Theix. Amiante: Charier ouvre un nouveau casier est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>

L’entreprise Charier va prochainement débuter l’exploitation de son nouveau casier de traitement de déchets amiantés, au sein de son Ecoterre de Theix (1).

L’Entreprise de travaux publics compte parmi ses activités, l’exploitation et la gestion de carrières de roches massives en Pays de la Loire et en Bretagne. En parallèle, Charier a développé le recyclage et le traitement des déchets inertes issus des chantiers du Bâtiment et des Travaux Publics et l’accueil des gravats de déchèterie. Elle possède 13 sites, appelés « Ecoterres » qui accueillent ces déchets, dans les départements du Morbihan, Loire-Atlantique, Maine et Loire et Vendée.
Deux d’entre eux accueillent également de l’amiante lié : l’Ecoterre de Theix (56) et l’Ecoterre du Cellier (44).

Les déchets d’amiante lié à des matériaux inertes sont, par exemple, des plaques de toiture, des tuyaux, des ardoises en fibro-ciment, des bétons, ayant conservé leur intégrité.
À Theix, le casier actuellement en exploitation depuis 2007, aura atteint sa capacité maximale avant fin 2018. Les équipes Charier ont donc anticipé cette échéance et obtenu un arrêté préfectoral pour la construction d’un nouveau casier, composé de deux alvéoles. « Il y a peu de solutions de traitement d’amiante lié en Morbihan, précise Patrick Ruelland, directeur du pôle Carrières et Recyclage des Matériaux chez Charier. Il était donc nécessaire de poursuivre cette activité et d’offrir à nos clients une solution de traitement à proximité de leurs chantiers ».
L’Entreprise s’est conformée à la réglementation en vigueur depuis 2014, qui impose une imperméabilité des nouveaux casiers. « Nous avons utilisé de l’argile en provenance de notre carrière de Roga à Saint-Congard. Ces matériaux ont les qualités requises pour atteindre les exigences de perméabilité des sols nécessaires à l’étanchéité du casier ».

Concrètement, pas de changement pour les professionnels. L’accueil de leurs déchets amiantés se fait toujours dans les mêmes conditions.

(1) L’amiante mais pas seulement
L’Ecoterre de Theix est une Installation de Stockage de Déchets Inertes (ISDI) autorisée par l’Arrêté Préfectoral du 4 septembre 2017. Ce site accueille également une unité de concassage mobile de déchets recyclables et une zone de négoce de produits minéraux pour les professionnels et les particuliers.
Trois salariés Charier assurent l’accueil des clients et l’exploitation du site. Chaque année, l’Ecoterre accueille en moyenne 2500 tonnes d’amiante lié, 110 000 T de déchets inertes non valorisables et 10 000 T de déchets inertes valorisables, soit 50 à 80 camions par jour.

L’article St Congard-Theix. Amiante: Charier ouvre un nouveau casier est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
0
infosgallo <![CDATA[Femmes de Bretagne. Les lauréates du 1er Prix Ecovisionniaires]]> https://economie.lesinfosdupaysgallo.com/?p=55497 2018-09-21T16:04:11Z 2018-09-21T16:04:11Z La 1ère édition du Prix EcoVisionnaires organisé par le réseau Femmes de Bretagne, avec le soutien de SUEZ et EY, a récompensé jeudi, à la Cité de la Voile à Lorient, six lauréates. L’objectif du Prix EcoVisionnaires est de valoriser et récompenser des initiatives innovantes menées par des femmes faisant rimer performance économique et développement ... lire la suite

L’article Femmes de Bretagne. Les lauréates du 1er Prix Ecovisionniaires est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>

La 1ère édition du Prix EcoVisionnaires organisé par le réseau Femmes de Bretagne, avec le soutien de SUEZ et EY, a récompensé jeudi, à la Cité de la Voile à Lorient, six lauréates. L’objectif du Prix EcoVisionnaires est de valoriser et récompenser des initiatives innovantes menées par des femmes faisant rimer performance économique et développement durable. Lors de la cérémonie de remise des Prix, le Président de la Région Bretagne, Loïg Chesnais Girard, a clôturé ce rendez-vous en exprimant sa satisfaction de soutenir le réseau Femmes de Bretagne depuis sa création en 2014, et en rappelant l’urgence d’accompagner les projets liés à l’environnement en Bretagne. Parmi les lauréates figurent une Ploërmelaise. elle figurait parmi les 14 pré-sélectionnées parmi lesquelles se trouvaient également une malestroyenne (1).

Les lauréates récompensées par cette 1ère édition du prix EcoVisionnaires :

Catégorie Présidente d’Association : Solen Ménager de Mars et Virginie Letort – Dans l’ensemble (Baud-56). La recyclerie et tiers lieu « l’Effet Papillon » trie et valorise chaque semaine deux tonnes d’objets, de vêtements ou de matériel d’occasion. Le prix lui a été remis par la Caisse des Dépôts.

Catégorie Entrepreneure : Johanna Le Mau – O’Bocal (Nantes-44). Crée il y a 2 ans, l’épicerie biologique propose de tout acheter en vrac dans un objectif zéro déchet tout en privilégiant les producteurs locaux. Johanna est également la présidente-fondatrice de l’association « Réseau Vrac » qui incite au développement de ce mode de consommation partout en France. Le prix lui a été remis par MBA Mutuelle.

Catégorie Projet : Lydie Auger – Fongicide végétal (Ergué-Gabéric -29). Son projet consiste à développer des fongicides à base de végétaux. Un projet prometteur qui offrira une alternative à l’utilisation des produits chimiques pour la conservation des fruits et légumes. Le prix lui a été remis par BNP Paribas.

Prix Coup de coeur Initiative Bretagne : Mireille Avril – Rhizome (Vannes-56). Mireille dirige une entreprise de constructions à faible impact environnemental, écoresponsable et innovante, à base de roseaux issus des roselières de bord de mer. Le prix lui a été remis par Initiative Bretagne.

Prix spécial Bpifrance : Caroline Bettan – Newcy (Rennes-35). Service clé en main qui permet aux entreprises collectivités et campus de remplacer leurs gobelets jetables par des gobelets réutilisables directement dans leurs distributeurs automatiques, fontaines à eau et cafétéria. La société vient de lever un million d’euros auprès de Breizh up notamment. Elle recevra un accompagnement sous forme d’un programme de formation Bpifrance pour faire de la RSE un levier de performance.

Prix d’encouragement par le cabinet UTOPIES : Hélène Deniaud Powell – Des heures dehors (Ploërmel-56). Ce Prix lui permettra de bénéficier de session de conseils et coaching avec le cabinet UTOPIES afin de lui permettre de continuer à développer son activité de production de fleurs comestibles et de création de jardins comestibles favorisant la protection de la biodiversité. Le prix lui a été remis par le cabinet UTOPIES.

Organisée par femmes de Bretagne avec le soutien de la Région Bretagne, BNP Paribas, MBA Mutuelle, Initiative Bretagne, Bpifrance et la Caisse des Dépôts, la journée de remise des prix proposait au public de découvrir les entreprises et projets écoresponsables des 14 finalistes (1) en visitant le Village des Initiatives EcoVisionnaires, et de participer à la création d’une fresque collective. Une table ronde « vers des entreprises écoresponsables, les nouveaux modèles », animée par Marie Eloy, Présidente de l’association Femmes de Bretagne, en présence de cinq spécialistes du développement durable et de l’économie circulaire : Hélène Valade, (Directrice du Développement Durable SUEZ), Gaëlle Bouttier-Guerive (Auteure et consultante sur les questions d’environnement), Jules Coignard (Cofondateur de Circul’R), Anaïs Denoits (Utopies), Pascale d’Erm (Journaliste, auteure), a introduit la journée la remise des prix.

(1) La liste des 14 finalistes :

Mélanie Lecorney (Atelier PotPote) BOUAYE (44)
Anna Korfer (Biskili) –MILIZAC (29)
Radia Kaci (Breizhou) – RENNES (35)
Solen Menager de Mars (Dans l’Ensemble) – BAUD (56)
Hélène Deniaud Powell (des heures dehors) PLOERMEL (56)
Florence Luy Durand (L’Escale Paysanne) – MALESTROIT (56)
Raphaële Guillevic (From Breizh ) QUIMPER (29)
Salomé Grasset (Incroyables Comestibles) – PLEURTUIT (35)
Marine Schmitt (Lady Merveilles) – COLPO 56
Caroline Bettan (Newcy) RENNES (35)
Flore Lelievre (Le Reflet) NANTES (44)
Johanna Le Mau (Ô Bocal) NANTES (44)
Mireille Avril (Rizhome) VANNES (56)
Lydie Auger (Fongicide végétal) – ERGUE GABERIC (29)

L’article Femmes de Bretagne. Les lauréates du 1er Prix Ecovisionniaires est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
0
infosgallo <![CDATA[Etude. Impôts: 44% des contribuables ont déjà connu des difficultés pour payer]]> https://economie.lesinfosdupaysgallo.com/?p=55489 2018-09-20T14:50:48Z 2018-09-20T14:49:03Z Ce mois de septembre marque pour la dernière fois la limite de paiement par tiers de l’impôt sur le revenu, avant le passage au prélèvement à la source au 1er janvier 2019. A cette occasion, Franfinance (2) a décidé de faire un point sur la relation entre les Français et l’impôt sur le revenu. Savent-ils ... lire la suite

L’article Etude. Impôts: 44% des contribuables ont déjà connu des difficultés pour payer est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
Ce mois de septembre marque pour la dernière fois la limite de paiement par tiers de l’impôt sur le revenu, avant
le passage au prélèvement à la source au 1er janvier 2019. A cette occasion, Franfinance (2) a décidé de faire un
point sur la relation entre les Français et l’impôt sur le revenu. Savent-ils où vont leurs impôts ? Se sont-ils déjà
retrouvés en difficulté financière au moment de payer leurs échéances ? Que pensent-ils du prélèvement à la
source ?

Voici les résultats de cette étude Franfinance/CSA (1)

UTILISATION DES IMPOTS

• Seuls 37% des Français se sentent bien informés sur l’utilisation de l’impôt sur le revenu
Parmi les plus informés on retrouve les habitants des centres-villes qui sont 44%, ainsi que les cadres et professions
libérales 49%. Les professions intermédiaires quant à elles sont 71% à se sentir moins averties à ce sujet.
• Des Français peu au fait de l’utilisation des ressources issues de l’impôt sur le revenu
Plus de la moitié des Français pensent que l’impôt sur le revenu sert avant tout à combler la dette publique…ce
n’est absolument pas le cas. En 2018, la part des recettes sur l’impôt sur le revenu attribué à la prise en charge de
la dette ne dépasse pas 11%. Le premier poste de dépense est en fait l’éducation et la recherche, qui pèse pour 25%
des recettes de l’impôt sur le revenu. Près d’un jeune sur cinq pense que l’impôt sur le revenu sert avant tout à
financer la solidarité.

PAIEMENT DES IMPOTS

• 44% des contribuables ont déjà rencontré des difficultés pour payer leurs impôts
Cela concerne principalement les jeunes actifs (25-34ans) qui sont 56% à avoir déjà eu du mal à payer leurs impôts
et 13% à être en difficulté tous les ans. Afin d’y remédier, 40% des contribuables dans cette situation ont déclaré
avoir demandé un nouvel échéancier de paiements, 15% de l’aide à leurs proches et 9% ont souscrit un crédit. Les
séniors quant à eux sont 74% à déclarer ne jamais avoir été en difficulté au moment de payer, il en va de même
pour 66% des couples sans enfant.
• 3 Français sur 4 soumis à l’impôt sur le revenu déclarent avoir déjà imputé sur d’autres budgets pour le payer
Le premier poste de dépense à être sacrifié est celui dédié aux loisirs (55% des contribuables ont déjà rogné sur le
budget loisir pour payer leurs impôts), viennent ensuite les vacances (45%) et le shopping (45%). Certains déclarent
avoir déjà été contraints d’arbitrer des postes plus essentiels tels que les dépenses de santé (12%) ou la nourriture
(14%). Afin d’étaler les paiements sur l’année, 47% des Français ont déjà opté pour la mensualisation de leur impôt
sur le revenu.
• Près de trois quarts des contribuables ont déjà eu recours à des procédés de défiscalisation ou de réduction d’impôts.
Les dons aux associations arrivent en tête de classement, 61% des contribuables déclarent y avoir déjà eu recours.
Viennent ensuite l’emploi d’une aide à domicile ou garde d’enfant (31%) et enfin les dépenses en faveur de la
transition énergétique (30%). Les plus de 65 ans utilisent plus que les autres ces procédés. Ils sont par exemple 79%
à donner à des associations et 38% à réaliser des travaux en faveur de la transition écologique. On note également
que 41% des 35-49ans emploient une aide à domicile.

PRELEVEMENT A LA SOURCE

• 69% des Français favorables au prélèvement à la source
Parmi les enthousiastes, on retrouve les cadres et professions libérales (77%) et également les ouvriers (85%). 1/3
des habitants de l’agglomération parisienne sont également pour cette évolution. Toutes les professions ne
partagent pas cet avis. Seuls 60% des artisans, commerçants et chefs d’entreprise et 51% des agriculteurs sont
favorables à cette mesure.
• Avantages du prélèvement à la source
Le premier avantage, cité par 80% des Français, est de loin le fait qu’ils trouvent pratique de renseigner en temps
réel une hausse de salaire (dans le cadre d’une augmentation par exemple) ou une baisse de revenu comme un
passage à un temps partiel ou l’arrivée de la retraite. Dans le premier cas cela évite une régulation parfois
importante en fin d’année, dans le second cas cela permet d’adapter directement les mensualités à un niveau de
vie moins élevé. Plus de la moitié des Français (52%) estiment également que le prélèvement à la source les libèrera
de certaines démarches relatives aux impôts. Chez les 18-24 ans, peu enclins aux tâches administratives, cette
proportion grimpe à 77%.
• Craintes concernant le prélèvement à la source
Plus de 8 Français sur 10 estiment que c’est à l’Etat de gérer la collecte de l’impôt, ceci pour diverses raisons. 70%
des Français s’inquiètent de la surcharge de travail que cela va générer pour les entreprises. Cette inquiétude
concerne également 78% des artisans, commerçants et chefs d’entreprise. Près de la moitié des Français (49%)
craignent également qu’avec cette nouvelle mesure, leur employeur ait accès à des informations confidentielles les
concernant. Enfin, au niveau des salaires, 54% des sondés ont l’impression que leur salaire va baisser.

(1)Méthodologie de l’étude CSA pour Franfinance
Etude réalisée sur un échantillon représentatif de la population française soit 1 008 personnes âgées de 18 ans et
plus. Données récoltées en septembre 2018
Sources
https://www.aquoiserventmesimpots.gouv.f
(2) A propos de Franfinance
Filiale à 100% de Société Générale, Franfinance emploie plus de 1 000 collaborateurs. Elle est spécialisée dans le financement des ventes des biens d’équipement destinés aux entreprises. Elle exerce également une activité de crédit à la consommation en direction des particuliers.

L’article Etude. Impôts: 44% des contribuables ont déjà connu des difficultés pour payer est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
0
infosgallo <![CDATA[Agriculture. Sébastien Chabal inaugure Les Terres de Jim]]> https://economie.lesinfosdupaysgallo.com/?p=55480 2018-09-07T19:06:11Z 2018-09-07T19:03:38Z Les Terres de Jim est un évènement annuel qui représente un temps fort dans la vie du syndicat Jeunes Agriculteurs. Plus grande fête agricole d’Europe, elle attire plus de 100 000 visiteurs chaque année. Les Terres de Jim est l’occasion pour les familles de découvrir l’agriculture sous toutes ses formes, grâce à une programmation attractive, ... lire la suite

L’article Agriculture. Sébastien Chabal inaugure Les Terres de Jim est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
Les Terres de Jim est un évènement annuel qui représente un temps fort dans la vie du syndicat Jeunes Agriculteurs. Plus grande fête agricole d’Europe, elle attire plus de 100 000 visiteurs chaque année. Les Terres de Jim est l’occasion pour les familles de découvrir l’agriculture sous toutes ses formes, grâce à une programmation attractive, dans un univers scénographié.

La 5è édition a débuté ce vendredi dans le Pays de Fougères sur la commune de Javené à 40 minutes de Rennes et de Saint-Malo. Elle s’est ouverte par une journée consacrée à la découverte et à la promotion de l’agriculture : « L’avenir est dans le pré ». 280 lycéens, 1 800 élèves de maternelle et de primaires, 25 organismes professionnels et plus de 7 000 personnes étaient présents pour ce coup d’envoi. Au programme des animations pédagogiques pour les plus petits, des conférences sur l’installation, l’attractivité des métiers ou encore l’évolution technologique ainsi que l’ensemble des animations mises en place par les 1 000 bénévoles pour les 3 jours de festivités.

Les Terres de Jim ont également pu compter sur la présence d’une tête d’affiche en la personne de Sébastien Chabal qui était présent sur le stand de Semences de France pour une séance de dédicaces.

LES TERRES DE JIM, C’EST :

Du 7 au 9 septembre

Un objectif de 100 000 visiteurs

100 hectares dédiés à la manifestation

3 jours pour promouvoir l’agriculture et son dynamisme

1 an de préparation

1035 bénévoles mobilisés

13 régions impliquées

 

Ils ont dit:

Christophe Mirmand, Préfet de Bretagne
« C’est une manifestation incomparable, exceptionnelle que nous accueillons en Bretagne. Je souhaite ici saluer la passion qui anime les agriculteurs et l’enthousiasme des bénévoles. Terres de Jim est une occasion de fête, d’échange et de rassemblement.

Florian Salmon, Président des Jeunes Agriculteurs 35
« Nous sommes fiers de lancer la grande semaine de l’agriculture en Ille-et-Vilaine, 1erdépartement en nombre d’installations. Avec les Terres de Jim, nous proposons aux petits et aux grands de découvrir le monde agricole. Un grand merci à nos bénévoles et nos partenaires sans qui ce week-end ne pourrait exister. »

Bernard Delaunay, Maire de Javené
« C’est sous un magnifique soleil que nous sommes heureux d’accueillir les Terres de Jim en Bretagne. Au travers de cet évènement, c’est une profession mais aussi une commune qui sont mises à l’honneur. »

Jean-Luc Chenut, Président du Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine
« L’Ille-et-Vilaine est un territoire vivant grâce à ce genre d’évènements. L’agriculture est un enjeu majeur de notre territoire, nous sommes donc fiers d’accueillir les Terres de Jim quelques jours avant l’organisation du SPACE. »

Evelyne Gautier-Le-Bail, Conseillère régionale de Bretagne
« Terres de Jim est une formidable vitrine positive de l’agriculture moderne. Cet évènement donne une vision juste de nos campagnes et du bien-manger dont la région Bretagne souhaite devenir le leader européen à moyen terme. »

Jérémly Decerle, Président des Jeunes Agriculteurs
« Terres de Jim est une belle occasion de dialoguer entre l’agriculteur et le consommateur. A travers cet évènement, nous souhaitons promouvoir la diversité de nos professions. Terres de Jim montre qui nous sommes, il donne une image juste et positive de notre agriculture. »

Plus d’infos sur le site Les terres de Jim

L’article Agriculture. Sébastien Chabal inaugure Les Terres de Jim est apparu en premier sur La vie de vos entreprises.

]]>
0