Guer. Soutenue par IPP, la Brasserie Penn-Kalet sur les rails

Penn-Kalet c’est la t”ête dure” en breton. C’est aussi le nom de la brasserie qui s’installe à Guer dans la zone d’activité du Val Coric. Un projet d’envergure et bien préparé auquel la plateforme Initiative Pays de Ploërmel apporte son soutien financier en accordant à chacun les deux associés qui le porte un important prêt d’honneur de 10 000 euros chacun.

Yannick Lego et Sébastien Courtieu ont des parcours professionnels très différents mais une passion commune : la bière. Et c’est cette passion commune qui a permis à leurs destins de se croiser… dans une brasserie bien sur. Et  de cette rencontre est né le projet de créer une entreprise autour de cette passion. D’autant que s’ils étaient différents, les parcours professionnels des deux hommes étaient parfaitement complémentaires. L’un a une parfaite connaissance des réseaux de distribution, notamment en GMS (grandes et moyennes surfaces) et l’autre maitrise les secrets de la fabrication de la bière.

Cette idée repose aussi sur un constat: le mode de consommation de la bière est en pleine évolution et rejoint une tendance observée dès les années 80 aux Etats-Unis. Les consommateurs se détournent de la bière industrielle pour se reporter sur la production artisanale Et puis, la bière séduit un nouveau public, les jeunes et les femmes notamment.

Reste pour faire sa place dans ce marché en plein essor à trouver son identité. Et c’est sans doute là que le métier devient passionnant. La bière, c’est de l’eau, du houblon, du malt et de la levure. “Rien que dans le choix de ces ingrédients, de leur dosage et de leur assemblage, on arrive à une infinité de recettes possible…”, indique Sébastien Courtieu. Les deux associés se sont fixés une ligne de conduite : utiliser des produits locaux et bio et une méthode de brassage datant du 16è siècle. Ils ont adhéré à une association de producteurs bio, “de la terre à la bière” pour assurer leur approvisionnement en matières premières. Une volonté qui se heurte à une contrainte : la production de houblon en France est très faible et il n’y a pas d’autres choix que d’aller vers la production étrangère.

Les deux créateurs peaufinent leur dossier depuis de longs mois et ont déjà travaillé à la mise au point de recettes qu’ils ont fait gouter à un panel de consommateurs. De ces tests, quatre bières différentes ont été identifiées qu’ils ont d’ailleurs fait goûter aux membres de la commission Initiative Pays de Ploërmel. Mais c’est bien la solidité du dossier qui a conquis les membres du jury ainsi que les banques qui n’ont fait aucune difficultés à soutenir le projet. La région devrait également apporter son aide financière aux brasseurs. Restait à résoudre le problème du local. Un premier projet a échoué et grâce au soutien de l’Oust à Brocéliande communauté, une autre solution a été trouvée. C’est dans la pépinière d’entreprise du Val Coric qu’un atelier a pu leur être dédié. les deux hommes disposent d’un local de 300 m2, une surface largement suffisante mais surtout présentant une hauteur sous plafond permettant d’installer les cinq fermenteurs dont trois d’une capacité de 3000 litres et deux de 1000 litres. Désormais, la brasserie La Tête Dure est quasi opérationnelle. Et les deux porteurs de projets peuvent compter sur le soutien de leur parrain désigné par Initiative Pays de Ploërmel, un professionnel aguerri en la personne de François Schlinger, également vice-président de la plateforme.

Yannick et Sébastien envisagent une production de 33 000 litres dès la 1ère année, uniquement en bouteilles, qu’ils considèrent comme une hypothèse “basse”. Ils comptent commercialiser leur production via le réseau des GMS mais aussi par la vente directe. Le public pourra venir acheter directement  ses bouteilles ou des futs. On connait déjà les plages horaires d’ouverture (de 16 à 18 heures tous les jours du lundi au vendredi). Mais il faudra un peu de patience pour se régaler avec la bière Penn-kalet. Car si la production va commencer dans quelques jours, il faudra encore compter 5 semaines de fermentation en cuves puis deux semaines en bouteilles. Donc, la signifie une mise en vente pour le début avril…

En attendant le contenu, voici les quatre étiquettes des premières bières produites par la brasserie La Tête Dure


'Guer. Soutenue par IPP, la Brasserie Penn-Kalet sur les rails' n a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article!

Voulez-vous laisser un commentaire ?

Your email address will not be published.