Pleucadeuc. BCF Life sciences rayonne dans le monde entier

Le président du conseil régional, Pierrick Massiot, était reçu ce mardi après-midi par Jacques Pidoux, président de BCF life sciences  et son Directeur général, Renaud Serghenaert, en compagnie d'Alain Launay, maire de Pleucadeuc et nouveau président de la CCVOL
Le président du conseil régional, Pierrick Massiot, était reçu ce mardi après-midi par Jacques Pidoux, président de BCF life sciences et son Directeur général, Renaud Serghenaert, en compagnie d’Alain Launay, maire de Pleucadeuc et nouveau président de la CCVOL

C’est une entreprise, nichée dans une ancienne carrière, à deux pas de la Voie Verte, à la limite entre Pleucadeuc et Malestroit. BCF Life Sciences va pourtant à contre-courant de la morosité économique qui prévaut en France. Ici, on parle de conquête du marché mondial, d’investissement, d’innovation, de développement et… de création d’emplois. Mais tout ça dans la plus grande discrétion.

Dans la plume rien ne se perd… On pourrait paraphraser ce dicton qui s’attache à un autre animal pour décrire la technologie qui est utilisée dans cette entreprise. En effet, la plume, c’est la matière première de BCF Life Science. Et de ces plumes issues de la filière avicole, elle tire des acides aminés naturels et des dérivés (L-Cystine, L-Tyrosine, carbocistéine…). Toute la plume est utilisée, il ne reste aucun déchet. Et ces acides aminés, des protéines très digestes prennent une place de choix dans l’industrie pharmaceutique, les compléments alimentaires, la nutrition humaine et animale.

BCF Life sciences, met en oeuvre des processus de production qui garantissent à ces clients de disposer de produits d’une sureté absolu à la hauteur des exigences de qualité de ces domaines très sensibles. Une image qui s’est imposée sur toute la planète, puisque BCF Life Sciences réalise 60 % de son chiffre d’affaires à l’étranger et notamment au Japon qui est son premier client en parts de marché.

Et l’emploi?

Là aussi, l’histoire de BCF est exemplaire et dépasse largement le cadre de la région. Voila une entreprise qui créé des emplois qui ne demandent pas de formation particulière. Et pour cause, il n’existe pas de diplômes correspondant aux besoins de sa production. Les opérateurs de production sont donc formés dans l’entreprise. Le recours à l’intérim leur permet de trouver les candidats qui correspondent le mieux aux particularités de la fabrication. Embauchés en CDI, ils sont ensuite formés pour gravir progressivement les échelons de leur carrière. Par contre pour la maintenance, BCF a besoin d’électromécanicien qu’elle a du mal à recruter. “On parle beaucoup de mobilité, mais on s’aperçoit qu’il est pratiquement impossible de recruter dans un rayon supérieur à 25 km autour de l’entreprise”, observent les dirigeants de BCF. La construction d’une extension de l’entreprise va déboucher sur la création d’une dizaine d’emplois aussi bien en production qu’en maintenance. Un bon sujet de réflexion pour le conseil régional.

 

Créée en 1986, BCF faisait d’abord partie du groupe Guyomarch. Elle est désormais une entreprise privée indépendante en excellente santé. De 88 en 2009, le nombre de ses employés est passé à 110. Elle fonctionne 24h/24 et 7j/7, ses deux seuls journées d’arrêt étant Noël et le jour de l’an. Mais tout ça dans un climat social extrêmement serein comme le prouve la fidélité des salariés qui contribuent également à l’amélioration de l’outil de travail mais aussi de la politique mise en oeuvre par les dirigeants pour lutter contre les TMS (troubles musculo-squelettiques).

Le président du conseil régional, Pierrick Massiot, qui était reçu ce mardi après-midi par Jacques Pidoux, président de BCF life sciences  et de son Directeur général, Renaud Serghenaert s’est réjoui de cette réussite à l’issue de sa visite de l’entreprise.

La visite en photos (cliquez sur les images pour les agrandir)

There are no photos with those IDs or post 2278 does not have any attached images!

'Pleucadeuc. BCF Life sciences rayonne dans le monde entier' n a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée