Béganne. Biostimulants pour l’agriculture : l’entrepreneur y croit

De gauche à droite : Kevin Begouin, Pierre Poilout, Christophe de Mil, Hubert Begouin, près de la toute nouvelle machine

Les biostimulants sont-ils l’avenir d’une agriculture “propre”? Les dirigeants de la société Ecobios-Sofrapar en sont convaincus et ils défendent les atouts d’un produit qu’ils développent depuis des années : Ecobios. Ce stimulant d’origine naturel a été découvert presque par hasard. “A l’origine notre entreprise familiale travaillait pour la cosmétique et la pharmacie. Nous avons découverts, dans des publications scientifiques que les lipopeptides spécifiques sur lesquelles nous travaillions avaient été identifiés dans les chloroplastes d’orties (1)… On a alors commencé à explorer cette particularité et on a effectué de nombreuses expérimentations sur la croissance des plantes en collaboration avec des chercheurs de l’INRA et du CNRS”, explique Christophe de Mil, directeur général d’Ecobios.

Après des années de recherche Sofrapar a donc mis au point son produit phare, Ecobios, qui stimule les défenses naturelles des plantes, les rendant plus résistantes aux agressions extérieures (maladies, aléas climatiques…) et donc plus productives. Et tout ça sans recours aux produits phytosanitaires. “Notre problème, c’est que nous avions 20 ans d’avance. A l’époque, ces recherches n’intéressaient pas grand monde. On s’aperçoit aujourd’hui de l’intérêt qu’elles représentent pour l’agriculture”, souligne Christophe de Mil.

Il y a quelques années, fort du résultat de ces recherches et d’une certaine expérience, Sofrapar a convaincu des agriculteurs d’utiliser Ecobios. Mais le développement  de ce traitement se heurtait à un problème technique. En effet, ce sont les semences qui doivent être imprégnées du produit et pour réaliser cette opération, les utilisateurs avaient recours à… des bétonnières.

Parallèlement aux recherches biologiques, Ecobios-Sofrapar a donc cherché à mettre au point l’outil nécessaire à une utilisation plus simple de son produit novateur, en adaptant une machine existante. L’un des représentants de la marque habite dans le Morbihan. Dans le cadre d’un projet de chantier, il a rencontré Kevin Begouin dont le père exploite une entreprise de travaux publics à Béganne. En apprenant dans la conversation les activités d’Ecobios-Sofrapare, le jeune homme a été séduit par la démarche et leur caractère innovant. Du coup, il a décidé de s’investir dans le projet en s’équipant de cette machine qui sera mise à la disposition des agriculteurs morbihannais qui souhaitent se lancer dans l’utilisation du biostimulant Ecobios.

Il y a quelques jours à l’occasion de la remise de cette machine, les dirigeants d’Ecobios-Sofrapar ont organisé une réunion de présentation à laquelle participaient des agriculteurs venus de tout le grand ouest de la France. Réunion qui fut le théâtre d’échanges et de débats autour des performances et des résultats des dernières expérimentations menées par la société.

Pour en savoir plus : www.ecobios-sofrapar.com

1-NDLR : Les chloroplastes font partie des éléments cellulaires des végétaux. Sans entrer dans les détails scientifiques, ils permettent l’absorption de la lumière et la transforme en énergie chimique au cours de la photosynthèse


'Béganne. Biostimulants pour l’agriculture : l’entrepreneur y croit' n a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article!

Voulez-vous laisser un commentaire ?

Your email address will not be published.