Pays de Ploërmel. Le galais, l'autre monnaie pour faire ses courses

 

Nathalie Guillemot et Pascale Orlat devant Diététic nature, rue des Herses, où l'on peut adhérer et changer des euros en galais.
Nathalie Guillemot et Pascale Orlat devant Diététic nature, rue des Herses, où l’on peut adhérer et changer des euros en galais.

Depuis le 15 novembre dernier, on peut, sur les six communautés de communes du pays de Ploërmel coeur de Bretagne, régler ses achats en galais auprès des commerçants agréés. Ceci est tout à fait légal : l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution a validé cette monnaie locale complémentaire (MLC).

La création du galais émane d’habitants du territoire, réunis en association spécialement dédiée à la MLC http://www.monnaie-locale-ploermel.org/devenez-acteur-de-votre-monnaie-sur-le-pays-de-ploermel/. “Cette monnaie véhicule les valeurs de l’économie sociale et solidaire, explique Cédric André, référent sur le secteur de Malestroit. Les prestataires adhèrent à une charte : ils respectent une certaine éthique dans la manière de faire vivre leur activité (environnement, ressources humaines, etc.)”. L’économie sociale et solidaire (http://www.economie.gouv.fr/ess-economie-sociale-solidaire/loi-economie-sociale-et-solidaire) représentait, en France en 2014, plus de 2 millions d’emplois : c’est donc un secteur avec lequel il faut compter. Les personnes impliquées dans l’association, à la gouvernance collégiale, sont attachées à faire vivre le territoire grâce notamment à l’achat de produits fabriqués localement. Tout habitant peut privilégier ce mode de consommation. Les biens ne sont pas plus onéreux en galais qu’en euros.

La démarche du particulier et du prestataire

Le consom’acteur doit d’abord adhérer à l’association et s’engager à suivre la charte. Le montant est libre pour le particulier ; pour les professionnels il est fonction du nombre d’employés (par exemple, de 4 à 10 employés, l’adhésion s’élève à 50 euros). Puis il faut échanger des euros (1 euro correspond à un galais). Cela se fait dans un comptoir de change (il y en a trois sur Ploërmel : Diététic Natur, L’Atelier Végétal place du Marché, et chez Dominique Dubreuil ferme de Gourhet; sur Malestroit “La Fripe c’est chic”; etc.) ou sur les marchés selon les disponibilités des bénévoles. Ensuite, notre gaillard se rend chez un artisan, producteur ou commerçant dont un autocollant sur la vitrine indique : “ici on accepte les galais” (Christophe Ruaud de Mauron est présent sur le marché de Ploërmel les mardi et vendredi ; mais aussi le photographe David Bignolet à Malestroit, etc). Notons que l’on ne rend pas la monnaie sur des galais : on peut faire l’appoint avec des euros ou centimes d’euros ou demander au commerçant d’inclure le solde dans les tirelires trônant sur les caisses. Grâce aux explications fournies par les bénévoles de l’association, les professionnels intègrent facilement le galais dans leur comptabilité.

La satisfaction de faire vivre son territoire

Sur les billets, on voit le pays de Ploërmel dans toute sa diversité : chaque communauté de communes est représentée (La Trinité-Porhoët et ses boutiques, Malestroit et le Pont du rock, etc…). Le billet de 50 galais, où figure Ploërmel vue de la base nautique côté Taupont, n’est pas encore sorti ! Les dessins ont été réalisés par Luis Luberti, alias Lucho. Celui-ci a travaillé à la conception de l’arbre (galais signifie en gallo arbuste, petit arbre), présent sur chaque “coupon-billet” (c’est le terme adéquat). Vous pouvez observer les lignes élégantes ponctuées par des hermines. “Créer un dessin qui va passer de main en main, que tous les habitants vont voir, ce n’est pas rien !” Aussi Lucho est-il heureux de participer à cette aventure.
L’équipe qui pilote le galais espère 200 adhérents en 2017. Cette ambition parait pour l’instant réalisable car, petit à petit, le nombre de professionnels et d’usagers progresse. Alors l’association pour la MLC du pays de Ploërmel a fort à faire et accueille volontiers toutes les bonnes volontés des communautés de communes de Guer, du Porhoët, de Mauron-Brocéliande, Ploërmel, du Val d’Oust et de Josselin.
Rendez-vous :
* vendredi matin au marché de Ploërmel, renseignements et adhésion possible auprès de Jean-Christophe Sarrot. Sur les marchés de Mauron et Josselin, un stand galais est également prévu chaque semaine.
* vendredi 22 janvier, rencontre information à la Taverne gourmande, Josselin.
* forum social de Séné les 26-30 janvier.
* soirée théâtre à Josselin le 30 janvier.

Et prochainement des témoignages sur “Les Infos du pays gallo” : “La MLC du pays de Ploërmel coeur de Bretagne : ce qu’ils en disent”

Christophe Ruaud de Mauron
Erwann Ruaud de Mauron
Cédric André, référent sur le secteur de Malestroit
Cédric André, référent sur le secteur de Malestroit
La genèse des billets : les dessins de Luis Liberti.
La genèse des billets : les dessins de Luis Liberti.
Luis Liberti, alias Lucho, dessinateur.
Luis Liberti, alias Lucho, dessinateur.

 


'Pays de Ploërmel. Le galais, l'autre monnaie pour faire ses courses' has 1 comment

  1. 28 janvier 2016 @ 11 h 40 min SCULIER

    Une monnaie locale dans le pays de Ploërmel, et pourquoi pas dans tout le Morbihan pour faire vivre nos territoires, nos commerçants, nos producteurs, nos artisans et nos artistes… et nous tous et toutes. Merci à ceux de Ploërmel de porter cette monnaie. Les billets sont vraiment bien.

    Reply


Voulez-vous laisser un commentaire ?

Your email address will not be published.