Questembert. Village préféré des français. Mais qui veut vraiment en profiter?

DSC_1481 (1)

Mais qui a vraiment envie de profiter de l’opportunité qu’offre l’élection de Rochefort-en-Terre au titre très envié de “Village préféré des français-2016”? C’est la question qui se pose après le flop de la réunion publique organisée mardi soir par la municipalité de Questembert.

65 invitations envoyées directement aux commerçants, affichage sur le panneau municipal… Sylvie Grieu, adjointe au commerce n’avait pas ménagé ses efforts pour convaincre les questembertois de patrticiper à cette réunion. En fait, ce sont les commerçants qui en premier lieu aurait du “accrocher” sur le thème précis de cette soirée : comment profiter des retombées économiques de l’élection de Rochefort-en-Terre à ce titre?

Ils n’étaient pourtant qu’une poignée à avoir fait le déplacement. Une douzaine de commerçants seulement venus de Questembert ou de Rochefort-en-Terre étaient présents dans la salle. Et Sylvie Grieu ne cachait pas sa déception, voire sa colère devant cette piètre mobilisation.

C’est d’autant plus paradoxal que tout le monde ne parle que de ça : il faut absolument profiter de l’afflux des touristes provoqués par cet évènement pour tenter de fidéliser cette clientèle, la séduire et surtout la convaincre de revenir… Mais au-delà des paroles, où sont les actes?

Appel à la mobilisation générale

Mais cela, c’est l’affaire de tous, c’est l’avenir du territoire qui est en jeu. “Il faut être lucide, nous n’aurons plus jamais une usine qui viendra s’installer et créer des centaines d’emplois. Le tourisme, c’est une manne financière qui nous arrive. Nous devons tous ensemble faire en sorte que le tourisme soit une ressource économique pour tout le territoire que nous devons conserver…”, déclarait Marie-Annick Martin soulignant qu’elle participait à cette réunion en sa qualité de conseillère départementale. “C’est une réunion pour le territoire dont Rochefort-en-Terre est une porte d’entrée. Tout le monde, que ce soit les acteurs économiques ou les habitants doivent être des ambassadeurs du territoire…”, plaide-t-elle.

“On a déjà des touristes qui viennent chez nous. Mais peut-être qu’on n’a pas su prendre le virage à temps. Il faut qu’on se mobilise”, reprend Monique Danion, maire de la Vraie-Croix. Pragmatique, Frédéric Houteville, le patron de Carrefour Market recentre le débat : “vous prêchez pour des convaincus. Mais comment concrètement on fait pour attirer les touristes de Rochefort-en-Terre chez nous. De quelles armes disposons-nous pour cela? Et finalement, est-ce qu’il n’est pas déjà trop tard?”.

Des mesures se mettent en place

Jean-François Humeau, le maire de Rochefort-en-Terre souligne qu’il était difficile d’anticiper le résultat de ce concours et que des choses ont déjà bougé. Ainsi, il remercie de conseil départemental qui a pris en charge une étude pour améliorer le stationnement que la commune n’avait pas les moyens de lancer. Quand aux “armes”, c’est l’office de tourisme de Rochefort-Questembert qui se démène pour en trouver. Il y a des mesures modestes mais qui sont déjà en oeuvre telles que la pose de panneaux listant les activités à pratiquer, la préparation d’un triporteur qui permettra de diffuser cette information. A l’occasion des journées du patrimoine, l’office de tourisme souhaite mobiliser des “Greeters”, de simples citoyens passionnés qui accepteraient de rencontrer des touristes pour leur faire découvrir “leur” ville, quartier, etc… A plus long terme, un reportage photo haut de gamme va être réalisé pour que Rochefort intègre la campagne de promotion du département dans le métro parisien, une campagne de communication va être menée avec les comités départementaux et régionaux du tourisme…

Le début d’une dynamique

Nicolas Gicquel, le directeur de l’office de tourisme a présenté des études et des propositions d’aides émanant de la chambre de commerce, du comité départemental du tourisme. Il souligne le fait que l’heure n’est pas à baisser les bras. “Le Village préféré des français n’est pas une finalité mais le début d’une dynamique qui se doit d’être partagé par tous”, résume-t-il donnant quelques perspectives. L’augmentation de la fréquentation touristique espérée pour les deux années suivantes est estimée à +30%. Les autocaristes jouent un rôle essentiel dans ce développement “aujourd’hui, il y a 60-70 autocaristes qui fréquentent Rochefort-en-Terre, ils seront sans doute plus de 200 dans les mois à venir”, indique Nicolas Giquel.

DSC_1483 DSC_1485 (1)

 


'Questembert. Village préféré des français. Mais qui veut vraiment en profiter?' a 4 commentaires

  1. 20 juillet 2016 @ 10 h 20 min Stymie

    La communauté de communes de Questembert possède un parcours de golf sur son territoire (affilié à l’Office de Tourisme, qui plus est).
    Ce n’est probablement pas considéré comme un atout touristique, aucune invitation à cette réunion ne lui ayant été envoyée…..

    Répondre

  2. 20 juillet 2016 @ 17 h 53 min LETUE

    L’auberge limerzelaise est surprise de ne pas avoir été conviée à cette réunion

    Répondre

    • 21 juillet 2016 @ 8 h 54 min sylvie grieu

      Bonjour, cette réunion à l’initiative de la commune de Questembert s’adressait aux habitants et acteurs économiques de notre commune.
      Les maires de la communauté de commune étaient également invités, je pense qu’ il appartient à chacun de relayer les informations reçues et de travailler tous ensemble.

      Répondre

  3. 21 juillet 2016 @ 0 h 48 min Labrude Payricia

    Il serait bien pour nos commerces du centre ville de QUESTEMBERT de voir à arrêter de verbaliser à tout vas. Cela entraîne la clientèle à se diriger vers les grandes surfaces ou au moins les clients font leurs courses tranquillement, pausement sans avoir la crainte d’avoir une surprise après avoir fait ses courses !!!!

    Répondre


Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée