Electricité. La Bretagne toujours importatrice, les EnR s’envolent

“En 2018, les EnR (électricité d’origine renouvelable) ont fourni 75% de l’électricité produite en Bretagne. Le bilan électrique 2018 de la région s’inscrit ainsi dans la tendance nationale avec une production d’électricité d’origine renouvelable (EnR) en hausse de 12 % grâce à l’installation de nouvelles capacités de production éolienne et solaire et à des conditions météorologiques plus propices qu’en 2017. Par ailleurs, la région reste fortement importatrice en électricité”, indique RTE (*) qui présentait ce mardi à Rennes le bilan de la production électrique bretonne.

“Avec 2.9 TWh (ndlr: Térawattheure), la production d’électricité d’origine renouvelable est en hausse de 12% grâce à des conditions de vent plus favorables et à des parcs éolien (+5%) et solaire (+7%) qui continuent de croître. En 2018, les EnR représentent 75% de l’électricité produite dans la région.
Toutes filières confondues, la production en Bretagne a couvert 17% de la consommation régionale, avec un solde importateur de 18.8 TWh. En acheminant l’énergie depuis les régions voisines, le réseau de RTE a pleinement joué son rôle de lien entre les territoires.
Quant à la consommation d’électricité, elle est en légère hausse de 1% par rapport à 2017 à 21.6 TWh, alors que sur la même période, la consommation nationale était stable.

RTE prévoit d’investir 268 M€ à l’horizon 2022

Pour contribuer à la réussite de la transition énergétique, RTE continue d’adapter et de sécuriser le réseau électrique breton. Entre 2018 et 2022, hors raccordement des parcs éoliens en mer, RTE prévoit d’investir 268 M€ dans le réseau de la région. Concernant les parcs éoliens offshores, RTE poursuit le travail de concertation sur le raccordement des éoliennes en mer de St Brieuc et sur les éoliennes flottantes de Groix et Belle-Île dont l’enquête publique a été réalisée en 2018.
Les travaux de raccordement du Cycle Combiné Gaz de Landivisiau devraient démarrer au second semestre 2019. Ils consistent à créer une liaison à 225 000 volts entre le poste électrique existant de La Martyre et le site d’implantation de la centrale, sur la commune de Landivisiau. Inscrit dans le Pacte électrique Breton, le CCG permettra d’assurer la sécurité d’approvisionnement électrique de la Bretagne.

Liaison France-Irlande

Le projet Celtic Interconnector, qui vise à créer une liaison électrique entre la France et l’Irlande, a fait l’objet d’une concertation avec le public entre janvier et avril 2019. La concertation se poursuit avec les acteurs locaux. La prochaine étape est prévue à l’été avec la validation d’un « fuseau de passage ». Ce projet porté par RTE et son homologue irlandais EirGrid répond aux enjeux européens en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique en facilitant l’évolution vers un mix électrique à bas carbone.”

 

(*)RTE, Réseau de Transport d’Électricité, est une entreprise de service. Sa mission fondamentale est d’assurer à tous ses clients l’accès à une alimentation électrique économique, sûre et propre. RTE connecte ses clients par une infrastructure adaptée et leur fournit tous les outils et services qui leur permettent d’en tirer parti pour répondre à leurs besoins, dans un souci d’efficacité économique, de respect de l’environnement et de sécurité d’approvisionnement en énergie. À cet effet, RTE exploite, maintient et développe le réseau à haute et très haute tension. Il est le garant du bon fonctionnement et de la sûreté du système électrique. RTE achemine l’électricité entre les fournisseurs d’électricité (français et européens) et les consommateurs, qu’ils soient distributeurs d’électricité ou industriels directement raccordés au réseau de transport. 105 000 km de lignes comprises entre 63 000 et 400 000 volts et 50 lignes transfrontalières connectent le réseau français à 33 pays européens, offrant ainsi des opportunités d’échanges d’électricité essentiels pour l’optimisation économique du système électrique. RTE emploie 8 500 salariés.

 


'Electricité. La Bretagne toujours importatrice, les EnR s’envolent' n a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée