Malestroit. Nouvelles incertitudes pour le musée de la Résistance

IMG_4000C’est un peu la douche froide pour tous ceux qui se battent pour sauver le musée de la Résistance de Saint-Marcel. A commencer par les élus de Saint-Marcel et Malestroit. Normalement, la CCVOL aurait du, jeudi soir, entériner la décision signifiée par son président, Alain Launay au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et qui avait été d’ailleurs prise à l’unanimité du bureau communautaire du 16 juin dernier. Il s’agissait de transférer la compétence liée au musée de Saint-Marcel à la CCVOL.

Seulement voila, cette décision a été reportée au mois de septembre. Alors, attention, ce n’est pas un refus, puisque le président de la CCVOl a tenu à faire voter une décision de principe, confirmant l’intention de la communauté d’assurer le portage de ce dossier et tous les intervenants ont confirmé leur attachement au sauvetage du musée. Mais quand même, on a bien senti une grande réticence de la majorité de la communauté de communes à s’engager dans ce dossier. D’ailleurs, Alain Launay a reconnu que s’il reportait le vote en septembre, c’est bien parce qu’il avait la certitude qu’il ne serait pas passé jeudi soir.

Que s’est-il passé alors pour en arriver là? Selon Alain Launay, c’est un premier examen des comptes administratifs portant sur la gestion du musée au cours des trois dernières années qui aurait mis le doute parmi les élus. Lui-même a laissé entendre qu’il regrettait d’avoir du précipiter sa réponse au ministre, évoquant un manque d’information jusqu’au dernier moment. “Lors du bureau communautaire du 22 mai 2014, la CCVOL n’ayant pas d’information officielle quant à l’avancée du dossier, alors que la venue du ministre est imminente, il a été décidé d’écrire à Monsieur le Préfet afin de lui demander des informations complémentaires sur le projet…/… Une réunion avec l’ensemble des partenaires a été organisée le vendredi 6 juin en préfecture…”, relate le président.

A cela s’ajoutent d’autres éléments, notamment le fait que les 4 agents travaillant au musée ne veulent plus quitter leur poste, mais aussi des éléments financiers sur le coût de la gestion du musée qui ont poussé Noël Colineaux le vice-président chargé des finances a demander des éléments complémentaires au SIVU (syndicat intercommunal qui gère le musée) afin de mener une expertise approfondie des comptes. Sans doute aussi le refus aussi bien de l’Etat que du conseil général et de la Région de participer à un établissement public de coopération culturelle (EPCC) qui du coup laisse la CCVOL seule pour gérer le musée.

D’où la décision de reporter de trois mois la décision officielle de la CCVOL sur le musée afin d’étudier un mode de gestion le plus précis possible du futur musée. Alors bien sur, il y a la décision “de principe” prise par la CCVOL de tenir sa parole, mais rien ne dit que l’étude financière à venir rassure suffisamment les élus et rien ne dit qu’ils seront plus enthousiastes à voter le transfert de compétences le 18 septembre prochain. Et c’est bien une nouvelle période d’incertitude qui s’ouvre pour l’avenir du musée.

Ce qu’a dit Jean-Yves Le Drian

Pour information voila le passage intégral du discours prononcé par Jean-Yves Le Drian lors de sa venue à Saint-Marcel, concernant le musée : “C’est pourquoi, il y a quelques mois, lorsque l’alerte a été donnée sur l’état du musée, j’ai répondu présent.

Dès l’origine, cela m’est apparu comme une évidence. Sauver le musée de Saint-Marcel, c’est en effet réaffirmer l’importance historique des combats qui ont eu lieu ici. C’est reconnaître que la mémoire que nous ont laissée Pierre MARIENNE et ses compagnons est l’un de nos biens les plus précieux, pour la Bretagne et pour la France.

Depuis ma dernière visite, au mois de janvier, la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la Défense, et la Direction régionale des affaires culturelles, ont travaillé d’arrache-pied, sous la houlette de Monsieur le Préfet, à un plan de sauvetage. Comme j’en avais pris l’engagement, grâce à cette mobilisation collective, nous disposons aujourd’hui un plan ambitieux pour le musée, qui est prêt à être lancé.

Ce plan, c’est d’abord un nouveau projet scientifique et culturel. Je veux saluer ici le commandant LEROY, conservateur du musée de Saint-Cyr Coëtquidan dont j’ai demandé le détachement à Saint-Marcel, parce que je connaissais sa grande valeur. Elle s’est vérifiée dans le travail exemplaire qu’il vient de rendre.

Ce plan, c’est ensuite un engagement financier de l’Etat, clair et ferme, avec 40% de l’investissement nécessaire, soit un million d’euros, et un accompagnement sur le fonctionnement futur du musée.

Ce plan, c’est enfin une mobilisation sans précédent des collectivités locales, et je veux également les saluer. Je pense au Conseil général. Je pense au Conseil régional. Je pense surtout à la communauté de communes, dont les élus, fort du soutien de l’Etat, viennent d’accepter la maîtrise d’ouvrage du projet et de reprendre ainsi le flambeau de la mémoire de Saint-Marcel.
Soixante-dix ans après les combats héroïques de Saint-Marcel, nous sommes donc à l’aube d’une nouvelle aventure, celle de la rénovation du musée qui commence aujourd’hui. Beaucoup de chantiers sont encore devant nous, mais je tiens à réaffirmer aujourd’hui, comme je l’avais fait en janvier, la détermination de l’Etat à accompagner la dynamique du renouveau du musée de la Résistance bretonne.

C’est le plus bel hommage que nous pouvons rendre à celles et ceux qui ont combattu, ici même, il y a soixante-dix ans, pour notre liberté.”


'Malestroit. Nouvelles incertitudes pour le musée de la Résistance' n a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée