CCVOL. Musée de la Résistance : le préfet saisit la chambre régionale des comptes

DSC_0004

C’est donc la Chambre régionale des comptes qui devrait mettre au clair l’imbroglio financier qui tourne autour du musée de la Résistance. Un imbroglio encore plus incompréhensible depuis la présentation lors du conseil municipal de Malestroit d’une étude qui remet en question toutes les précédents scénarios.

Ce jeudi soir, Alain Launay entouré de plusieurs maires de la communauté de communes dont Noël Colineaux, le financier a donc tenu une conférence de presse sur ce sujet. Alors, il fallait s’y attendre, l’étude présentée par Bruno Gicquello lors du conseil de Malestroit n’a pas convaincu la CCVOL. Loin s’en faut. Car Alain Launay n’a pas eu de mots assez durs pour qualifier l’attitude du maire de Malestroit. “Un comportement difficilement acceptable” qui cherche à “faire dire aux chiffres ce qu’on veut”, faire croire “aux gens des choses qui n’existent pas”. Quand à la démonstration faite lors du conseil municipal de Malestroit “c’est faux et encore le mot est trop faible” pour Alain Launay. Comment essayer d’être clair dans cette affaire? Car si la démonstration est fausse, par contre les chiffres utilisés dans l’étude sont bons reconnait Noël Colineaux qui a repris tous les budgets du musée de la Résistance depuis 2011. Des budgets qui une fois “retraités” -un terme comptable qui signifie que certaines sommes affectés à une année en sont partiellement retirées pour être reportées sur une autre année. Ainsi une subvention versée par la DRAC en 2014 pour financer un emploi d’une année démarrant en novembre aurait du être affectée pour 2/12è en 2014 et 10/12è sur 2015- laissent apparaître des déficits vertigineux. L’excédent de 74 000 euros évoqué par Malestroit sur 2014 se transforme après “retraitement” en un déficit de près de 30 000 euros selon Noël Colineaux. Ainsi ce déficit aurait été de 39 000 euros en 2013, 78400 euros en 2012, 94 000 euros en 2011… Preuve que le musée est déficitaire, la CCVOL devra sortir 82 000 euros de son budget pour alimenter celui du musée en 2015, explique Noël Colineaux.

Des positions diamétralement opposées qui auront bien du mal à se rapprocher. Ce qua regrette Alain Launay qui rappelle que Malestroit a repoussé plusieurs rendez-vous destinés à mettre tout le monde d’accord. “On était même prêt à laisser Malestroit choisir l’expert chargé d’examiner les comptes dans a perspective de la nouvelle CLECT”, affirme Noël Colineaux.

Comment sortir de cet imbroglio? Alain Launay a eu une piste “en direct”, pendant la conférence de presse. Le préfet qu’il avait sollicité l’a appelé ce soir et compte tenu de la situation a décidé de saisir la chambre régionale des comptes. Celle-ci devrait être en mesure de rendre un avis dans les prochaines semaines. Les conclusions de cet organisme, tant sur les comptes que sur le cadre légal de la mise en oeuvre du transfert de compétences devraient mettre tout le monde d’accord. Encore que…

En tous cas une réunion de la CLECT est toujours prévue  d’ici la fin du mois de novembre. Les quatre options de rénovation du musée devraient être présentées lors du prochain conseil communautaire du 12 novembre. Mais Alain Launay se dit prêt à retirer le dossier de l’ordre du jour en fonction de l’évolution des évènements.

La CLECT comment ça marche? Voici ci-dessous un document qui présente le fonctionnement et le rôle de la fameuse CLECT (commission locale d’évaluation des charges transférées)

Le rôle de la CLECT (source : association des maires de France


'CCVOL. Musée de la Résistance : le préfet saisit la chambre régionale des comptes' n a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée