Le Roc-Saint-André. Une prime en galais pour les salariés de Lancelot

Cedric Andre, Eric Ollive
Cedric Andre, Eric Ollive

C’est la tournée des patrons à la brasserie roxédoise : une prime de 50 euros versée, en galais, aux salariés de l’entreprise Lancelot. Eric Ollive, codirecteur, explique que la monnaie locale est une démarche dans laquelle il se retrouve puisque 75 % de ses ventes s’effectuent en Bretagne. Autre exemple, indique-t-il, “nous avons créé la filière bio bretonne pour l’orge avec l’association De la terre à la bière, ou encore cofinancé la bombarde basse, trophée du concours de bagadou de nos 25 ans, l’an dernier”. Ici, il s’agit de privilégier les entreprises où le galais a cours, c’est-à-dire les six communautés de communes du Pays de Ploërmel coeur de Bretagne (La Trinité-Porhoët, Mauron, Guer, Malestroit, Ploërmel, Josselin), pour favoriser l’activité économique du secteur.

Les salariés, présents à 15 h ce lundi, se sont réunis pour recevoir une enveloppe chacun, d’une valeur de 50 euros, contenant 50 galais. Après le visionnage d’un petit film marrant sur une future monnaie locale nantaise, Cédric André, référent sur le secteur, a présenté les coupons-billets et commenté leurs illustrations créées par Luis Luberti https://www.lesinfosdupaysgallo.com/2016/01/22/27814/. Beaucoup ignoraient le fonctionnement de la monnaie locale, excepté les clients du boulanger Daniel Testard (Quily). Le territoire du pays de Ploërmel est également peu connu : on ne leur jettera pas le galais ! Il leur faut tout de même maintenant connaître les magasins où ils peuvent dépenser la somme. Certains étaient très intéressés par Clic ta berouette (produits bio de Dominique Dubreuil à Ploërmel). Ils vont consulter le site Internet de l’association.

“On est les seuls ?”

On perçoit une certaine inquiétude à l’idée d’une monnaie peu utilisée et peu utilisable, qui engage. Une jeune femme demande s’il y a d’autres expériences de ce type (voir notre vidéo). Cédric André rassure : “il y a une quarantaine de monnaies locales en France !”. Les heureux bénéficiaires de cette prime pourront adhérer à l’association s’ils le souhaitent. Ils n’y sont sont pas contraints. Citons à titre de comparaison d’autres MLC françaises (données de janvier 2016) : l’eusko (Bayonne) compte 3.000 adhérents particuliers et 600 entreprises et associations ; la gonette lyonnaise 900 particuliers et 60 professionnels ; et plus, près de chez nous, le galleco (Rennes, Fougères, Redon) 1.250 adhérents et 206 prestataires.

A noter : le 11 mars, théâtre à Josselin http://www.monnaie-locale-ploermel.org/theatre-morceaux-et-cancrelats-le-11-mars-a-josselin-pour-le-galais/ avec l’Adec, “Morceaux et cancrelats”.

Pour en savoir plus : le 23 février, au cinéma l’Armoric de Malestroit, projection du film “Demain” où il est question de monnaies locales.

VIDEO. La découverte du galais

Les employés de la brasserie Lancelot
Les employés de la brasserie Lancelot

'Le Roc-Saint-André. Une prime en galais pour les salariés de Lancelot' n a pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article!

Voulez-vous laisser un commentaire ?

Your email address will not be published.